Logo Cityvox
Cityvox a rejoint Yelp afin de vous offrir plus d'avis, de commerces et une plus grande communauté d'utilisateurs. En savoir plus.

Le Sâotico

Plan
Modifier

Avis recommandés for Le Sâotico

Votre confiance est notre priorité première, c'est pourquoi les commerces ne peuvent pas payer pour modifier ou faire enlever leurs avis. En savoir plus.
×
  • Démarrez votre avis sur Le Sâotico.

    Note

    Choisissez une note.

    • Membre Qype epsilo…
    • Rognac, Bouches-du-Rhône
    • 1 ami
    • 1 avis
    5.0 étoiles
    04/11/2011

    reservé pour 5 personnes le 28/11/11 le soir, nous avons été fort bien reçus, les plats de cuisine française voire terroir étaient excellents et bien présentés, tres bon rapport qualité/prix, service impeccable et chaleureux. nous y retournerons!

    • Membre Cityvox cmp200…
    • Paris
    • 1 ami
    • 1 avis
    2.0 étoiles
    24/05/2013

    Bonne cuisine mais attention à l'addition
    La carte est composée de produits frais cuits à la minute... Les plats étaient bons. Hélàs, la patronne pousse à la consommation et à tendance à gonfler l'addition... Dommage, cela nous à gâcher la soirée ! Donc un conseil... profitez des plats... mais faîtes attention à l'addition.

    • Membre Qype MajusC…
    • Paris
    • 92 amis
    • 100 avis
    3.0 étoiles
    14/02/2011

    Lorsqu'à l'heure du déjeuner voyant midi à ma porte, je suis, comme chacun cherchant fiévreusement son chat, en quête d'un bistrot, d'une cantoche ou d'un truc même lointain qui ne soit pas un trou à rats, et il arrive que le bonheur parfois, m'attende à deux pas.
    Au 96 rue Richelieu, en 1828, Jouant du flageolet à sa fenêtre du quatrième étage, ce fût le cas pour Berlioz qui cassait déjà les oreilles de sa voisine d'en face sans savoir qu'elle sera plus tard la première qu'il épousera pour le bonheur de se faire casser les siennes.
    Ce fût le cas aujourd'hui pour moi qui tous les jours salive devant la carte affichée à cette adresse devenue Le Sâotico en septembre 2010 et où enfin je me suis décidé à entrer.
    C'est le défunt Virtuose Café, une brasserie sympa mais ordinaire, qui a laissé sa place à ce magnifique restaurant. Si vous consultez le site web du resto, vous constaterez que les tauliers sont des récidivistes en matière de qualité et heureusement pour nos papilles, aucune loi ne les empêche de contrevenir à notre plaisir.
    C'était donc ma première visite aujourd'hui (d'où l'absence d'une cinquième étoile). J'ai passé un excellent moment pour un lundi midi, tristoune et gris, comme un point d'orgue , de l'accueil à la note.
    J'ai choisi un velouté de lentilles, poireaux et oignons pour précéder à un sublime magret aux dates épicées acompagné d'un gratin dauphinois qui devrait pouvoir faire l'unanimité. Avec un verre de vin et le pourboire, ce choix à la carte s'est soldé à 26EUR. L'ami avec qui je déjeunais s'en est tiré pour moins de 18EUR pour son plat et un verre de Brouilly. Il a comme moi beaucoup apprécié. Il a par contre été un peu gêné qu'on ne s'intéresse pas à ses préférences pour la cuisson de son faux-filet alors qu'on m'a posé la question pour le magret. Un petit oubli qui l'a obligé a manger saignante, une viande qu'il aurait voulu dévorer bleue.
    La carte et le menu du jour proposent aussi des formules légèrement plus économiques.
    L'accueil est simple et très courtois. L'endroit baigné de blanc est reposant et plusieurs tables rondes avec fauteuils crapauds très confortables invitent à prolonger l'instant. Oui, mais c'est lundi, et midi est déjà loin
    Note : Le nom Sâotico, s'y on ne s'y arrête pas trop, suggère une cuisine brésilienne ou portugaise. Il n'en est rien. Saôtico se prononce en fait sauticot en patois normand et cette graphie est même la manière courante de désigner à l'écrit la crevette grise. Est-ce que Sâotico est une transcription phonétique de la prononciation en patois normand ou est-ce juste une fantaisie des tauliers, je l'ignore, mais pensez à le leur demander.
    Edit du 12 novembre 2011

    --

    Je retourne assez régulièrement dans ce restaurant. Concernant le lieu, l'accueil et la qualité des plats, je réitère totalement mon avis précédent. Je viens pourtant d'ôter une étoile à mon avis qui n'en compte plus que trois alors que je croyais initialement être amené à en ajouter une. Je m'explique. Lors de mes dernières visites, j'ai constaté que le poussage à la consommation va s'augmentant au point de devenir gênant. J'ignore si c'est fait avec tous les clients mais c'est sytématique avec moi. C'est fait de manière sympathique avec peut-être même une volonté humoristique mais l'effet sur moi n'est pas bon. Si on ne prend pas du vin, une entrée, un plat ET un dessert, les oublié(e)s sont un peu lourdement proposés. Pour un resto assez cher mais que je fréquente surtout le midi, moment de la journée où j'essais de manger plus légèrement, je trouve que c'est manquer un peu de psychologie commerciale. La personne qui m'accompagnait lors de ma première visite vient de vivre aujourd'hui la même expérience avec beaucoup de déplaisir. Comme moi, il maintient également son appréciation de la cuisine. Appel lancé aux tauliers: Faite attention aux Non merci parfois sincères de vos clients. Les obliger toujours à vous le répéter n'est pas apprécié.

Page 1 sur 1

À propos de ce commerce

Spécialités

A la recherche d'une fraîcheur ultime, le restaurant Le Sâotico élabore une cuisine du marché qui suit exclusivement le rythme des saisons. Le menu à 14€50, permet de découvrir et apprécier sur place un exemple des plats du moment. Ci-dessous, quelques suggestions et autres informations pour le plaisir des papilles

Rencontrer le Gérant de commerce

Hugues G.
Hugues G.
Gérant de commerce

La gourmandise et les grandes réunions familiales où l'on servait les produits du potager paternel ont fait naître chez Hugues Gournay le goût des saveurs. A 15 ans, il intègre l'Ecole Hôtelière de Granville, d'où il sort pour être embauché à "l'Ambassade d'Auvergne". En 1983, il suit à nouveau une formation à l'Ecole Hôtelière pour se perfectionner et obtenir une spécialité en diététique. L'année suivante, il travaille au restaurant étoilé Michelin "Monage Guillaume" où il apprendra les codes et savoir-faire gastronomiques. Deux ans plus tard, c'est "l'Hotel de la Marine" (Carteret), à nouveau un étoilé, qui fait appel à ses services. Puis Londres et son célèbre "Hyde Park Hotel" en 1988 où il se retrouve confronté à une brigade de 45 personnes. Mais ce normand attaché à ses racines françaises a un goût de nostalgie dans la bouche. C'est le Bristol qui lui ouvrira ses portes en 1989. Il enchaîne avec "La Poste" ancien hôtel particulier de Georges Bizet à l'époque fréquenté par A.Delo